• Post category:ARCHLine

Qui, dans le milieu de l’architecture, du bâtiment et de la construction, n’a pas entendu parler de « BIM » ? En vogue depuis plusieurs années, mais aussi et surtout essentiel dans de nombreux projets, le BIM est (presque) partout.
La rénovation énergétique est, quant à elle, un sujet au cœur de notre société. Elle répond aux enjeux environnementaux et sociaux et se traduit par la mise en place de nombreux plans mis en œuvre par le gouvernement depuis déjà plusieurs années. De nouvelles normes ont aussi fait leur apparition dans le logement ancien, comme le neuf.
Les enjeux liés à la transition énergétique ont sensiblement impacté le secteur du bâtiment.
Le BIM, pour Building Information Modeling semble être un facteur de transition qui peut répondre aux besoins liés au collaboratif et aux enjeux de rénovation énergétique.
Mais, quel lien pouvons-nous faire entre ces deux concepts ? Quels outils existent pour mettre en place un projet de rénovation énergétique mixé à la méthode du BIM ?
Quelques réponses à travers cet article.

BIM : Building Information Modeling, la méthode collaborative

Le « Building Information Modeling » englobe tout le cycle de vie d’un ouvrage, d’un projet. Il suit toutes les étapes de la création à sa destruction et concerne tout le secteur de la construction, travaux publics et génie civil y compris.
De quelle manière l’utilisation du BIM intervient dans un projet de rénovation ou de réhabilitation ?
Selon un article du « Moniteur », en 2050, 80% des travaux concerneront les logements existants. Ainsi, il devient nécessaire de renforcer les outils BIM dans leurs dimensions environnementales et énergétiques.
Le but ultime du BIM est de permettre à tous les acteurs d’un projet de construction de collaborer et de mutualiser les éléments ce dernier. A travers une maquette numérique 3D, l’ensemble des données fondamentales du projet (matériaux, systèmes de structure, coûts,etc) peut être partagé. Une manière d’impliquer tous les corps de métiers et par conséquent de gagner du temps et de faciliter la prise de décision, notamment pour le choix d’une isolation thermique avant travaux.
La maquette numérique est en fait un excellent moyen de coordonner le projet. Elle stocke les informations clés du bâtiment. Les bureaux d’études, les architectes peuvent, alors, obtenir des résultats précis.

Des normes énergétiques à respecter

Depuis plusieurs années, la France renforce sa volonté de faire de la rénovation énergétique des bâtiments une priorité. L’objectif est ambitieux : atteindre la neutralité carbone de notre économie à l’horizon 2050.
La norme Règlement Thermique 2020 (RT 2020) a remplacé la RT 2012. Applicable depuis le 1er janvier dernier, elle s’applique exclusivement aux bâtiments neufs. Cette nouvelle norme prévoit un
« Bâtiment à Energie Positive » (BEPOS), c’est-à-dire que la construction devra produire davantage d’énergie qu’elle n’en consomme. La consommation en chauffage doit aussi atteindre un seuil précis.
En ce qui concerne les bâtiments anciens, certaines règles doivent aussi être respectées. On pense notamment au PLU (plan local d’urbanisme) ou aux normes NF DTU.
Dans des projets de conception plus « durables » et « vertueux » qui respectent l’ensemble de ces normes, le BIM a un rôle central. Il permet de visualiser, simuler des bâtiments qui répondent à des exigences précises. Par exemple, les professionnels de la construction peuvent utiliser la maquette numérique 3D, « BIM » pour déceler les éléments consommateurs d’énergie dans un bâtiment. La solution ARCHLine Pro, par le biais de son module MEP révèle ainsi de nombreux points forts.

ARCHLine : une solution de maquette numérique qui peut s’intégrer dans un projet de rénovation énergétique

ARCHLine est un logiciel d’architecture permettant une conception collaborative autour d’une maquette BIM. S’il n’intègre pas de module d’analyse thermique à proprement parler, le logiciel permet aux concepteurs et architectes, d’intégrer aux matériaux utilisés dans un projet, de nombreux paramètres thermiques (densité, conductivité, perméabilité, …).

Ces informations précieuses sont intégrées dans la maquette IFC et peuvent ensuite être analysées dans différents logiciels métiers. Prenons l’exemple de Climawin ou de logiciels BBS, spécialisés dans le domaine thermique.

Le logiciel BIM ARCHline

La maquette IFC réalisée avec ARCHLine permet d’échanger toutes les informations nécessaires sans la moindre perte de données. Les informations utiles sont intégrées aux objets paramétriques et les BET collaborant au projet peuvent ainsi récupérer la maquette BIM d’ARCHLine afin de l’exploiter et l’analyser de manière pleine et entière, peu importe le logiciel utilisé. 

La maquette numérique au service d’un chantier de rénovation

Un exemple de rénovation innovante d’un bâtiment grâce à l’utilisation de la maquette numérique est celui de la tour Super-Montparnasse. 30 étages de rénovation axés sur 3 actions majeures : l’isolation extérieure, le remplacement des fenêtres et la VMC. La maquette numérique leur a, dans ce cas, permis de représenter la copropriété en 3D et d’avoir un support central pour regrouper toutes les informations des aspects bâtimentaires. 
Source : APC Paris

En conclusion, lors d’une réhabilitation où des performances énergétiques sont fondamentales, la modélisation BIM devient alors nécessaire. Quelle que soit la phase de travaux, anticiper les coûts d’isolation, de conception en amont fera gagner un temps précieux. En outre, un outil BIM comme ARCHLine permet de vérifier l’ensemble des éléments du projet grâce à la maquette numérique établie.

Aujourd’hui, ouvrir le champ des possibles au BIM reste un défi et un enjeu majeur. Le coût élevé de certaines solutions est souvent un frein pour les petites et moyennes entreprises. ARCHLine est, alors, une alternative abordable et tout aussi qualitative pour la réalisation de la maquette.

Fermer le menu